Les approches courantes

Pour cette étude, la cartographie a pour finalité de produire des cartes permettant de visualiser des espaces informationnels. Elle peut être assimilée à un processus de transformation d’un ensemble d’informations en une visualisation.

Il existe de nombreux travaux qui traitent de cette transformation cependant, ils ne sont pas associés au domaine de la cartographie bien qu’ils traitent de ce thème.

Dans l’esprit de la plupart des auteurs, la cartographie n’est pas dissociable de la géographie. Pourtant son histoire nous montre bien qu’elle a toujours tendu à représenter des informations non géographiques. L’invention des cartes thématiques témoigne bien de cette tendance : le champ des informations traitées par la cartographie s’étend à toutes les informations (et pas seulement les informations géographiques).

Pour parler de cartographie de données non géographiques, la littérature parle davantage de « visualisation ».

Remarque : par définition, la visualisation est plus restrictive que la cartographie car la visualisation est l’ « action de rendre visible un phénomène qui ne l’est pas » et la cartographie a pour objet de construire et d’utiliser une carte (qui correspond à une visualisation). La cartographie inclut donc la visualisation ainsi que ses techniques.

Les travaux liés à la visualisation sont associés à deux communautés distinctes. La première, qui est aussi la plus ancienne, est la communauté de la « visualisation d’informations ». La deuxième est celle de la « visualisation de connaissances ».

Ces deux communautés proposent deux approches différentes pour visualiser un espace informationnel. Pour bien comprendre ce qui les différencie, il est important de bien comprendre ce que nous associons aux concepts transversaux de ces deux approches : donnée, information et connaissance.