Les paradigmes d’interaction

Avec l’outil informatique, les cartes sont devenues interactives. Les utilisateurs ont évolué du statut de « percepteur » à celui d’ « acteur ». Parfois même, l’utilisateur détermine les techniques qu’il veut mettre en œuvre et par conséquent, il joue aussi le rôle de cartographe.

On doit cette prodigieuse évolution aux recherches menées dans le domaine des interfaces homme-machine (IHM). Régulièrement, de nouveaux paradigmes d’interaction sont inventés.

Toutes les techniques d’interaction liées à la cartographie ont pour principe fondamental de profiter de la facilité avec laquelle l’homme peut extraire des informations d’un environnement qu’il contrôle directement et activement [Hascoët & Beaudouin-Lafon, 2001]. On parle alors de couplage fort entre l’action et la perception : « Il faut agir pour percevoir et il faut percevoir pour agir ».

Selon la vision en niveaux du processus de cartographie, les interactions sont assimilables à des opérations qui portent sur les différents niveaux de la cartographie [Card et al., 1999b] :

les interactions dans la cartographie

Chaque interaction entraîne la modification du niveau sur lequel elle porte [Chi & Riedl, 1998]. Par effet de cascade, toute modification d’un niveau entraîne la mise à jour des niveaux supérieurs.

Par exemple, imaginons que l’utilisateur modifie le nom d’un nœud de la cartographie d’un graphe. Cette modification entraîne la mise à jour de l’espace informationnel. Ensuite, elle provoque la mise à jour de sa représentation (la structure visuelle) puis de sa visualisation.

Les tableaux suivants présentent les principales interactions utilisées en cartographie de données abstraites :

Tableau – Paradigmes d’interaction au niveau de l’espace informationnel.

Technique Description
Les requêtes dynamiques  Ce type d’interaction permet de soumettre une requête à l’ensemble de l’espace informationnel pour sélectionner uniquement les données qui correspondent au critère de la requête [Ahlberg et al., 1992].Généralement les requêtes sont exprimées par un ensemble de plages de valeurs d’attributs à respecter pour les éléments de l’espace informationnel. Ces plages de valeurs sont spécifiées par l’intermédiaire de composants graphiques comme des ascenseurs, des boutons, ou des cartes cliquables.
Direct walk Les interactions « direct walk » permettent de changer l’espace informationnel pris en compte pour la cartographie par l’intermédiaire de liens vers d’autres espaces informationnels [Card et al., 1994]. Cette interaction est très courante avec la navigation sur Internet : le passage d’une page à une autre, via des liens hypertextes, est une application de direct walk.
Manipulation directe Cette manipulation permet de modifier directement les éléments de l’espace informationnel. Par exemple, l’utilisateur sélectionne un élément pour changer sa valeur. 

Tableau – Paradigmes d’interaction au niveau de l’espace informationnel représenté.

Technique Description
Détails à la demande Cette technique permet de se focaliser sur un petit ensemble de structures visuelles afin de révéler davantage de détails sur celles-ci. C’est le cas par exemple avec l’affichage d’une bulle d’information lorsque l’utilisateur survole des éléments avec sa souris. Cette technique permet aussi d’appliquer des transformations équivalentes au zoom sur une carte et donc de représenter plus de données dans une même carte.
Les lentilles magiques Cette technique permet de sélectionner un ensemble de structures visuelles en fonction de leurs positions dans la carte et de leur appliquer d’autres interactions [Stone et al., 1994] comme des requêtes dynamiques ou le changement du facteur de zoom. Un exemple courant est celui de la loupe.
Brushing Cette technique permet de sélectionner un ensemble de structures visuelles dans une vue et de sélectionner automatiquement le même ensemble dans d’autres vues. Cette technique est très courante avec le paradigme des vues multiples (voir ci-dessus page 63).

Tableau – Paradigmes d’interaction au niveau de l’espace informationnel visualisé.

Technique Description
Mouvement de caméra Cette technique permet de changer la position de l’observateur par rapport aux structures visuelles de la carte. Ce changement de point de vue peut permettre de voir des parties moins visibles de la carte.
Le contrôle de point de vue Cette technique consiste à permettre à l’utilisateur de changer les différents paramètres du point de vue comme le zoom ou la localisation (voir ci-dessus page 63).